Partagez|

Spartacus et Gods of Arena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Spartacus et Gods of Arena Dim 11 Mai - 16:25




Synopsis :

Spartacus est une série péplum américaine en 39 épisodes créée par Steven S. DeKnight sur la vie du gladiateur Spartacus et diffusée depuis le 22 janvier 2010 au 12 avril 2013 sur Starz. Robert Tapert et Sam Raimi en sont les producteurs exécutifs. Elle est composée de trois saisons qui tournent autour de l'histoire de Spartacus et du Ludus dans lequel il s'élève contre l'esclavage. Il existe aussi un préquelle nommé Gods of the Arena.

J'avais très envie de donner envie à Athos de regarder cette série cheers et de souligner que je suis totalement addicte. On passe du frémissement, aux larmes, en passant par le dégoût, un sentiment de haine envers tant de cruautés. L'homme objet vous ne connaissiez pas ? J'ai bien dit l'homme et non pas l'Homme ^^ J'ai eu une énorme crainte puisque le premier acteur très talentueux qui incarnait Sparatacus est décédé. Il avait un tel charisme que la relève me paraissait impossible et pourtant...dans un style différent, son remplaçant a vraiment quelque chose.

Je préfère prévenir que rien ne nous est épargné et que la série est interdite aux moins de 16 ans.

Regardez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 120
Date d'inscription : 12/05/2014
Envoyer un MP

Amasis

MessageSujet: Re: Spartacus et Gods of Arena Sam 17 Mai - 16:58

Bonjour!

J'ai regardé avec beaucoup d'intérêt cette série pour le moins trash.

Je vais évacuer tout de suite ce qui à mes yeux relevait parfois du grand guignol: 1) Les scènes de combat étaient vraiment énormes mais franchement cela perdait toute crédibilité à l'instant où ils se coupaient le doigt ou s'écraser le pied. 3 litres de sang perdu (au bas mot!) pour chaque égratignure (je ne vous raconte pas la mort la plus hideuse de la série mais je peux vous dire qu'elle vaut son pesant de leçon d'anatomie humaine comparée) c'est quand même un peu abuser sur les effets spéciaux. 2) Et que dire du caractère éminemment sexuel de la série?
Je ne suis pas vraiment prude et il en faut des tonnes pour me choquer mais ce qui nous était montré n'avait tout simplement aucun intérêt. Dans cette série (et tout particulièrement la première saison), 2 scènes de cul (je n'arrive pas à trouver un autre terme, désolée) sur 3 sont à jeter parce que totalement gratuites et racoleuses.

Voilà, ça c'est fait! Pour le reste, j'ai immédiatement accroché. Je partage ton avis Milady sur l'incroyable prestation d'Andy Whitfield, le premier acteur qui a incarné Spartacus dans la première saison. Et j'avoue avoir été agréablement surprise par son remplaçant malgré un manque de charisme évident.

Il faut quand même dire que cette série est un véritable hymne au corps masculin. Hormis les esclaves, il est rare de voir les femmes nues dans Spartacus. Mais les hommes... mama mia... . Toujours à moitié à poil (au minimum!), des corps sculptés au cordeau, faits pour provoquer la jalousie des hommes et l'envie des femmes (ou l'inverse ^^). Je crois bien que c'est la première fois où le corps masculin est ainsi sublimé et clairement exposé à la convoitise des femmes qui ne se gênent pas pour disposer d'eux d'ailleurs.

Pour une fois où ce ne sont pas les nanas qui sont obligées de se dessaper dans une série, on ne va pas bouder notre plaisir!  lol! 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.talesofthedarkness.com/h4-accueil

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Spartacus et Gods of Arena Sam 17 Mai - 17:04

J'ai pourtant pour ma part vraiment accroché avec les slow motion des scènes de combat qui devaient amplifier cette impression que tu as eue sur les litres de sang déversés (en même temps une jugulaire tranchée, je ne pense pas que ça nous donne trois gouttes !)

Le sulfureux débute surtout dans Gods of the Arena puis la seconde saison et je pense que le but est de montrer les moeurs de l'époque autant dans le débridé que dans l'érotisme de certaines.
Je crois que si les hommes sont autant mis en avant, ça n'est pas uniquement pour le plaisir des yeux (le trash est aussi très très sombre malgré l'esthétisme) mais pour bien souligner à quel point ils sont pris pour de purs objets de débauche, de gain et autres ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 120
Date d'inscription : 12/05/2014
Envoyer un MP

Amasis

MessageSujet: Re: Spartacus et Gods of Arena Sam 17 Mai - 17:14

Je suis d'accord que le parti pris esthétique a une volonté de "zoomer" sur les relations sociales de l'époque et permet cet effet amplificateur de rejet, notamment dans la relation maître/esclave.
Mais je pense qu'il n'était pas vraiment besoin d'en faire autant côté sexe pour nous le montrer. On l'avait bien compris. Ceci dit, la scène au bordel maison de passe dans la saison 1 est assez éloquente puisque qu’en moins de 30 secondes, on a un défilé de pratiques assez... euh... comment dire? ^^ étonnantes?

Pour autant, il ne faudrait pas que cette série nous fasse croire que les Romains étaient de grands débauchés et possédaient des mœurs très libérales par rapport à notre époque. La civilisation romaine a duré près de 1000 ans. Il est donc parfaitement logique que les mœurs aient varié d'une époque à une autre, selon les moments politiques et économiques qu'a traversé cette civilisation. Rome a effectivement connu des périodes très libérales mais aussi des périodes extrêmement rigoureuses et rigides (je pense notamment aux débuts de la République romaine) et je serais d'ailleurs fort intéressée de voir une série qui se situerait lors d'une de ces périodes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.talesofthedarkness.com/h4-accueil

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Spartacus et Gods of Arena

Revenir en haut Aller en bas

Spartacus et Gods of Arena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de Rêves Annuaire RPG :: L'ESPACE D’ÉCHANGES  :: Au rêveur déchaîné :: Sur les écrans-